31 juillet 2017 Jour 9

Je suis partie ce matin en direction de Roquefort-des-Corbières et normalement c'était censé être une journée très facile, avec 14

km de marche pour reposer un peu le corps.

François m'avait indiqué par message un chemin alternatif pour faire moins de détours et de dénivelé. Sauf que, entre ce qu'il voyait sur une carte IGN sur internet et ce que j'avais en réalité, ce n'était pas la même chose. Soit ! On verra bien !

Le chemin en question s'est transformé en chemin sans revêtement. Plus tard c'est devenu un sentier rocheux pour ensuite laisser place à la broussaille de la forêt. Plus de chemin, c'est un « Toupik » (cul-de-sac en russe) !

Le GPS me montrait clairement un chemin à 900m de distance, mais je ne pouvais pas voir le dénivelé. Alors je me suis demandé si je n'allais pas faire demi-tour. Je venais de parcourir 2 heures de marche, ça aurait été dommage. Après tout 900 mètres ce n'est pas grand-chose, et mon esprit aventurier me poussa à continuer dans la broussaille.

La nature m'a donné une leçon d'humilité en me faisant ramper sous la broussaille. Mon gros sac à dos se coinçait dans les branchages m'obligeant de me mettre à terre et avancer à genoux.

Tout le monde connaît les jardins des Versailles et les buis découpés symétriquement pour former des allées s'ouvrant sur des perspectives splendides. Ici il n'y avait rien de tout ça. Le feuillage dense du buis ne me permettait pas de voir ce qu'il y avait plus loin et j’avançais à l'aveuglette en ayant comme point de repère ce chemin quelque part plus loin. La particularité du buis et du houx (les deux arbustes qui couvraient la montagne à cet endroit) c'est qu'ils ne sont pas assez grands pour passer par en dessous ni assez petits pour les enjamber.

Ensuite se sont succédé des murs rocheux où j'ai dû faire de l'escalade sans cordage et avec mes 17 kilos sur le dos.

Toute cette ascension m'a demandé tellement de concentration et d’énergie que je ne sentais plus aucune douleur. Mes pieds étaient complètement anesthésiés, le dos aussi. Je ne sentais plus les coupures et griffures infligées par le houx.

J'ai mis 3 heures pour faire les 900 mètres avec un total de 200 mètres de dénivelé. Une fois arrivée au sommet de la montagne j'ai trouvé le chemin et ce fut un soulagement que je ne pourrais jamais décrire. Peu importe la douleur, maintenant tout va bien.

J'y avais laissé toutes mes forces dans cette aventure. J'étais lessivée et j'ai mis 2 heures de plus pour faire 6 kilomètres.

Sur le chemin je suis tombée sur le refuge de la Serre. Il a été construit dans les années 1980 par une équipe de spéléologues. Aujourd'hui ce lieu est souvent côtoyé par les spéléologues de Narbonne. À l'intérieur, se trouve tout ce qu'il faut pour y rester faire une pause et aussi des objets assez drôles et invraisemblables, notamment un décapsuleur en forme de phallus. Cela m'a bien fait rire !

Sur un des murs est inscrit une liste des bienfaits du vin dont voici quelques exemples:

Allergies _ Corbières _ 2 verres

Constipation_Anjou blanc ou Vouvray_ 4 verres

Dépression_ Médoc_ 4 verres

Obésité importante_ Rosé du Langueoc_ une demi bouteille

Dehors devant la porte, un caillou accroché à une ficelle et une petite pancarte disait :

Station météo bio du caillou à trou

Caillou sec _ pas de pluie

caillou humide _ rosée du matin

caillou mouillé_ pluie légère

caillou qui goutte_ pluie soutenue

caillou avec ombre_ soleil

caillou qui se balance_ vent

caillou tout blanc_ neige abondante

caillou qui tressaute_ séisme

On ne voit pas le caillou_ brouillard

Spéciale Spéléo :

De l'air sort du trou_ suite possible

J'ai réussi à avoir du réseau pour rassurer François. Il m'annonça le fait qu'il était sur le point de venir me rejoindre et m'amener de la nourriture. Je ne m'y attendais pas du tout. Très surprise j'ai essayé de le rassurer ne voulant pas lui faire faire plusieurs centaines de kilomètres dans la soirée, surtout que le lendemain il travaillait.

Il est arrivé peu après mon arrivée au village. J'ai installé la tente dans un terrain vague. Nous avons passé quelques belles heures ensemble à discuter et à manger (car j'avais une faim de loup).

C'est mon chevalier ! Il est venu me secourir. Je l'aime tellement...

Mais il ne pouvait pas rester...

N 42°59.376'

E 002°56.883'

52m

Lors de mon intervention au Collège de la Tour à Montguyon auprès les classes 3A et 3B, les élèves de la classe d'anglais dirigée par l’enseignante Laurine Lécutier-Matarin ont travaillé sur la traduction des textes de mon carnet de marche. Je remercie les élèves d'avoir joué le jeux jusqu'au bout et de leur persévérance en matière de traduction malgré les difficultés.

31 July2017

Day 9

«Adventure in the mountain»

& « François, the knight »

This morning I left to go to Roquefort-des-Corbières and normally it was supposed to be an easy day with a 14 km walk to relax my body. François had sent me a message to tell me about another path, it was supposed to be easier and to have less difference in height. Yet, what he could see on the IGN map on the internet and what I could see myself were two different things.

The path he had indicated was soon transformed into a path without any surfacing. Later it became a rocky path and then it was replaced by undergrowth in the forest. There was no longer any path, it was a « Toupik » (« dead end » in Russian ) !

The sat nav clearly showed a path 900m away, but I didn’t want to see the difference in height there would be. Then I wondered if I should step back. I had been walking for 2 hours, it was too bad. After all, 900 meters, that was not that much, and as an explorer I felt I could keep on walking in the undergrowth.

Nature taught me humility as I had to crawl under the plants. My big rucksack got caught in the branches, so I had to move on my knees. Everybody knows the gardens of Versailles and the box trees symmetrically cut to form paths opening on a beautiful perspective. This is not what it looked like here. The dense trees didn’t allow me te see far away so I moved blindly towards a path that was to be further away. The particularity of box trees and holly (2 sorts of trees you can find in the mountain) is that you can’t walk under them because they are not tall enough, but you can’t walk over them either because they are too big.

After that, I had to climb over rocky cliffs without any specific equipment but with my 17 kilos on the back.

This required much concentration and energy so I didn’t feel my painful body anymore. I didn’t feel the cuts and scratches from the holly neither.

It took me two hours to walk 900 metres with a difference of height of 200 metres. When I arrived on top of the mountain I found the path I was looking for and I felt such a relief I couldn’t describe it. No matter the pain, I’m alright now.

I had lost all my strenght in this crazy adventure. It took me two hours to walk the remaining 6km.

On my way, I discovered the refuge of La Serre. It was built in 1980 by a team of potholers. Today potholers from Narbonne often go to that place. Inside, there is anything you’g need to do a break and all kinds of strange objects too.

On the wall a list of the benifits of wine is written, here are examples :

Allergy _ Corbières _ 2 glasses

Constipation_Anjou blanc ou Vouvray_ 4 galsses

Depression_ Médoc_ 4 glasses

Obesity_ Rosé du Langueoc_ 1/2 bottle

Outside, in front of a door, a stone hung at a string and a little sign say :

Station météo bio du caillou à trou

humid stone _ morning dew

wet stone _ light rain

dripping stone_ heavy rain

shady stone _ sun

swinging stone _ wind

white stone _ much snow

jumping stone _ earthquake

invisible stone _ fog

Potholers special :

Air coming out of a hole _ imagine what comes next

Today, I could call François to reassure him. He told me that he was about to join me and bring me some food. I was surprised and I didn't want him to drive such a long distance in the evening because he would work the next day. He arrived at the village just after me. I pitched the tent on some waste land. We spent beautiful hours together, speaking and eating (because I was starving).

He's my knight ! He came to save me. I love him so much….

But he couldn't stay with me...

Traduction par Julie

Posts à l'affiche
Posts Récents