24 juillet 2018, Jour 2

April 2, 2019

 

Depuis 4h du matin je n'arrivais plus à dormir, mais comme il faisait encore sombre j'ai dû attendre les 6h pour me lever. Le soleil, caché derrière les nuages, laissait le ciel prendre des couleurs rosâtres. Ce spectacle ne pouvait pas me laisser indifférente. J'ai contemplé le magnifique lever du soleil quelques instants, mais sans oublier de me mettre en marche assez rapidement.

Mon cheminement commençait par la descente dans les gorges et la traversée de cet endroit fut un spectacle des plus sublimes.

Il y avait des ponts suspendus pour la via ferrata, le chemin descendait comme un serpent ondulant jusqu'en bas de la cascade pour ensuite glisser entre les parois d'une rive à une autre.

J'y ai passé plus d'une heure pour m'imprégner de ce lieu, prendre des images-souvenirs, admirer la rivière, la cascade, les petits ponts en bois qui traversaient l'eau ruisselante.

Avant de sortir des gorges j'ai vu au loin des points blancs se déplacer en chenille le long des parois, étrange vision... Quand ces points blancs sont arrivés à ma hauteur j'ai compris que c'étaient des casques que je voyais, les casques des militaires venus pour l’entraînement.

À la sortie des gorges j'ai croisé les camions militaires. En me retournant, j'ai vu que quelqu'un marchait sur mes traces, je l'ai laissé passer et nous avons échangé un « Ciao ! » « Bonjiorno ! ».

Après un court moment de marche je l'ai rattrapé, car il c'était arrêté pour regarder la végétation sur le bas-côté du chemin. Curieuse, après l'avoir dépassé, j'ai commencé à mon tour à scruter du regard les plantes. Je me suis aperçu qu'il y avait un peu partout des fraises des bois. Bien sûr je n'ai pas pu résister à mon instinct de « chasseur-cueilleur », je n'avançais plus très vite et je me suis faite dépasser à nouveau.

Par la suite je l'ai encore dépassé, pour la même raison, cela devenait drôle... ce qui l'a fait dire en italien « On se croise à nouveau ! »

Nous avons commencé à parler un peu, lui en italien, moi en anglais... malheureusement je n'avais pas assez de vocabulaire et de connaissance de l'italien pour mener une conversation dans cette langue. Je l'ai ressenti comme un handicap... Heureusement qu'il y a l'anglais.

Il s'appelait Eduardo et était venu de Genova pour ses 2 semaines de congé dans la région pour faire des randonnées. Nous nous sommes quittés 10 minutes plus tard, nos chemins prenaient des directions différentes.

La suite de la journée fut très longue et extrêmement fatigante. J'ai mal aux pieds et à l'arrière des genoux. J'ai fait 24 km et 800m de dénivelé positif et 700m de négatif, autant dire que pour une mise en jambes ça a été assez dur.

Je me suis arrêtée peu avant Oulx, j'ai eu beaucoup de mal à trouver un endroit pour installer la tente.

Je suis à nouveau au bord d'un ravin, c'est beau ! Toutefois je n'ai pas pu profiter longtemps de la vue car j'ai eu à peine le temps de déplier la tente et mettre mes affaires à l'intérieur avant que la pluie commence.

 

***

Les gorges de San Gervasio, à couper le souffle...
L'origine des dolomites: 
Au fond de l'océan, sur une épaisseur allant jusqu'à 150m, des sédiments de calcaire se sont déposés en couches. Ces sédiments ont subit une énorme pressions lors de la formation de la chaîne alpine. Les couches, originellement horizontales, ont été écrasées et pliées jusqu'à devenir presque verticales.

 

 

N 45°01.812'

E 006°49.603'

1156m


 


 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

BACK ON TRACK

June 1, 2017

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives