© 2017 Victoria Niki

La surface miroitante, de l'eau fonctionne comme une fausse réalité, un rêve. Ce monde de reflets et d'ombres nous confronte au concept de vérité  Platonicienne. L'eau croise les images, par ses reflets elle double le monde. Le lac, souvent représenté dans mes peintures, fonctionne comme un grand œil tranquille, un œil vu et voyant à la fois, par lui le monde est représenté. (Il) peut dire : le monde et ma représentation. Selon Bachelard l'eau n'est pas un cadre qui se remplit d'impressions, c'est une matière qui foisonne. Cette matière en devenir continu constitue une grande richesse symbolique : force vivante, mélancolie, dissolution finale.

Waterscapes

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now